Interview: Baxter Dury – Le bruit de la violence

Fin janvier, nous avons rencontré Baxter Dury pour discuter de la sortie Chanceliers de nuitoù le dandy précédemment sorti revient à la forme, avec de nouvelles histoires aussi sexy que cyniques à nous raconter.

Le son de ce nouvel album, qui capturait une patine particulièrement irritante, nous a demandé à Baxter Dury son état mental lors de la production et les influences qu'il a nourries pour permettre le retour de son personnage préféré. Il nous demande enfin où se situe la frontière entre le personnage et son créateur …

Ravi de vous rencontrer après quelques années Prince des larmesmême si vous n'êtes pas si rare en France. L'année dernière, nous avons eu la chance de vous voir sur scène à la scène Truskel pour un petit set de piano où le pire fan a rejoint la scène. Tu te souviens?

Je ne sais pas s'il était fan, mais sa venue au milieu de la chanson et ses notes irrationnelles ont donné à la scène un côté dramatique! Malheureusement, j'ai toujours trouvé que je ne pouvais pas répondre, je ne sais pas ce qu'est le carburant, mais cela m'a quand même cloué.

Vous êtes un artiste généreux avec votre présence en France, notamment à Paris. Qu'est-ce qui vous relie à notre capitale?

Et à mesure que ma popularité grandissait en France, je me suis fait quelques amis, une ou deux copines, j'ai adopté Paris tel quel. De plus, quand je suis ici, je me sens beaucoup moins isolé des autres, contrairement à Londres. C'est une vie de rêve pour moi.

Nouvel album Chanceliers de nuit est très contrasté avec ce qu'il dit. C'est à la fois sarcastique et profond. Toutes ces différentes situations mentionnées dans les titres, est-ce quelque chose que vous connaissez ou simplement un regard un peu satirique sur notre comportement?

J'avoue que je ne sais pas vraiment comment définir "satirique". J'ai été inspiré par une histoire personnelle et des faits imaginaires qui n'étaient pas loin de ma réalité. Je les ai plus ou moins filtrés, je les ai présentés à travers des personnages qui peuvent se le permettre. Je ne suis pas un tribunal de ma part, ils reflètent l'environnement social dans lequel nous opérons actuellement et mon expérience après l'effondrement. Le fait est que je serai de retour sur la selle.

(intégré) https://www.youtube.com/watch?v=x_x9tB2Qsyk (/ intégré)

Drive invoque les réseaux sociaux que vous utilisez fréquemment. Y a-t-il des efforts pour empêcher ce que leur utilisation peut fuir?

Non, car à travers eux j'offre une réponse à certaines attentes. Je ne les utilise pas de manière excessive, pourtant je suis sensible à eux car mon fils de 11 ans est déjà confronté à eux. En tant qu'artiste, nous devons être conscients de ce que nous pouvons envoyer à travers eux, nous sommes très vulnérables. Ce n'est ni bon ni mauvais, c'est juste là. C'est mauvais si vous ne pouvez pas gérer l'outil car il s'étouffe rapidement et vous devez insérer des filtres.
Devenir une personnalité publique aura des conséquences. Depuis que j'ai ouvert mes comptes, je reçois régulièrement des photos de femmes soumettant des propositions … La grande différence est qu'en tant qu'hommes, je ne me sens pas physiquement compromis, sinon ce serait différent. Je n'étais pas convaincu d'être devenu Jésus-Christ des réseaux sociaux! (rires)

Tout cela sert votre image. En France, les gens vous connectent avec le dandy anglais, plein de mucus et d'élégance. Connaissez-vous cette image et pensez-vous qu'elle a évolué au cours des 15 dernières années?

Et toi, qu'en penses-tu?

Je pense que votre charisme a été confirmé d'un disque à l'autre.

Il est vrai qu'en France l'image d'un personnage cynique reste très proche de ce que représentait une personne comme Serge Gainsbourg. J'aime la musique de Serge Gainsbourg, mais elle a vraiment un côté sombre. Il est difficile de déconstruire cette image lorsqu'elle est ancrée dans la conscience humaine.

Pensez-vous que plus vous vieillissez, plus vous parvenez à gérer l'image que vous renvoyez au public?

Je pense que le public est convaincu que je suis ce personnage au charisme sexuel très fort. Enfin pas vraiment! Je suis une personne normale, je m'occupe de mon bébé, d'ailleurs j'aimerais bien … (rires)

En parlant de l'album, vous vous êtes de nouveau entouré de Madelaine Hart et du producteur Craig Silver. Ces collaborateurs sont-ils devenus essentiels à votre processus de création?

Ils ne sont pas en eux-mêmes nécessaires, mais j'aime vraiment ces gens et je les connais depuis si longtemps qu'il est naturel de les inclure dans mon travail. Ils sont tellement talentueux, ils m'inspirent vraiment.

Musicalité Chanceliers de nuit est élégant et très diversifié, on entend beaucoup de violons, il y a des touches jazz avec saxophone, hip-hop … Quelles ont été vos influences au moment de l'écriture?

Dans les années 1990, j'ai écouté de nombreux hip-hop très populaires pour deux raisons: sa qualité de production et l'énergie derrière les nouvelles qu'elle apporte. Je me suis beaucoup inspiré de l'album.

(intégré) https://www.youtube.com/watch?v=KWbVIv7DrU8 (/ intégré)

Les noms sont suivis mais pas similaires. Toutes ces variations ont-elles été le résultat attendu?

Je savais absolument où aller quand je l'ai écrit. Cet album se termine par une trilogie qui a commencé Soupe heureuse et suit Prince des larmes. Chanceliers de nuit ça vient pour finir musicalement parlant. Maintenant que j'ai terminé cette trilogie, je vais continuer.

Parlons des concerts à venir, vous avez une grande tournée, qui se prépare surtout au Royaume-Uni, où beaucoup de données sont déjà complètes. Des concerts à Paris sont également en route. Qu'attendez-vous de cette tournée?

Je suis très sûr que je pense que je serai en bonne santé à ce moment-là (note: lors de l'entretien, Baxter a combattu un grand rhume qui a favorisé la promotion malgré son état). Je serai au top. Je serai belle!

Veuillez nous assurer à ce stade! Savez-vous que le public français vous attendait avec impatience pour votre fidélité?

Oui, c'est vrai, je n'ai jamais été déçu des Français. Mon concert préféré a été Trianon en 2012, ma première fois devant un public aussi large. Il y avait une vraie adrénaline, c'était incroyable.

Pensez-vous que vous jouerez différemment devant le public britannique et français? La compréhension des textes n'est pas nécessairement parfaite pour les non-anglophones.

Le public français me comprend parfaitement, surtout l'ironie que je mets dans mes textes. Vous savez, j'étais en France il y a un siècle, les Dury sont une famille du nord de la France, mon arrière-arrière-grand-père était de sang royal, mais c'était un gars étrange. Peut-être que cette énergie est ce que vous ressentez.

Parlez-nous de la vidéo Slumlord qui est un vrai bijou d'humour noir.

Produit par Tom Haines, le résultat est pleinement responsable! Nous faisons actuellement la suite (note: à ce moment-là la suite des aventures de Slumlord dans la vidéo Je ne suis pas ton chien était en phase de finalisation), nous venons de le tourner en Espagne, c'est aussi pour ça que j'ai une peau orange, j'abusais des autobronzants! (rires)

Sur le prochain album, y aurait-il des gens avec qui vous aimeriez travailler?

J'aimerais aller aux États-Unis et travailler avec des gens du hip-hop pour trouver des auteurs de musique noire. Je suis très intéressé par leur musique qui est actuellement la plus intéressante pour moi.

Vous voulez jouer aux États-Unis?

Non, pas vraiment, parce que d'une part, l'organisation est très coûteuse, et d'autre part, je pense que je dirais aussi «provincial», aussi «européen». Et peut-être que je suis trop vieux pour eux!

Interview: Baxter Dury – Le bruit de la violence
4.9 (98%) 32 votes